Monsieur Sébastien Chenu interpelle Madame la ministre des solidarités et de la santé sur les mesures à envisager à l’occasion du mois de sensibilisation aux cancers de l’enfant.
Chaque année 2 500 enfants sont diagnostiqués d’un cancer ou d’une leucémie et 500 d’entre eux en décéderont. Malheureusement les moyens alloués à la recherche restent largement insuffisants. Moins de 3% des financements publics sur la recherche sur les cancers sont alloués aux cancers pédiatriques. Ainsi, les travaux de recherche fondamentale se retrouvent entravés par ce manque de moyens. Des associations financent des projets de recherche mais elles ne peuvent pas se substituer aux efforts budgétaires que devrait déployer l’Etat.
En ce mois de septembre 2019, mois de la sensibilisation aux cancers de l’enfant, pour prolonger la question écrite déposée le 23 octobre 2018 et sous l’impulsion de l’association Eva pour la vie, Monsieur Sébastien Chenu souhaite attirer l’attention de Madame la ministre sur des propositions qui pourraient permettre de donner un nouvel élan positif à la lutte contre les cancers de l’enfant.
Les financements manquants pour la recherche s’élèveraient à 20 millions d’euros, somme qui pourrait être prises en charge par un fond spécifique de recherche. Cette somme, très difficile à réunir pour une association peut être déployée par l’Etat s’il s’en donne la volonté.
Une autre mesure à envisager est l’allongement de la durée de l’allocation journalière de présence parentale (AJPP) à la durée réelle de la maladie et non plus de la limiter à 310 jours comme actuellement.
Enfin, l’extension du capital décès public aux parents d’un enfant décédé ne permettrait nullement de soulager la peine de parents qui viennent de perdre leur enfant mais permettrait de faire face aux dépenses d’inhumation. L’actualité met en lumière le cas du petit Nolan mort le 14 septembre dernier, 8 ans après avoir été intoxiqué par la bactérie E. Coli suite à l’ingestion d’un steak haché contaminé et dont les parents ne disposent pas de ressources suffisantes pour payer les frais de funérailles de leur enfant. De nombreuses familles d’enfants atteints de cancers ou de maladies graves se retrouvent dans une situation financière difficile, pendant la maladie de l’enfant ou après son décès.
Ainsi, il lui demande si la mise en place des mesures exposées dans la présente question sera étudiée avec la plus grande attention par le gouvernement.

Sébastien Chenu

Sébastien Chenu

Sébastien Chenu est député de la 19ème circonscription du Nord et membre de la commission des affaires sociales.
Porte-parole du Front National, il est responsable de la fédération du Nord et Vice-Président du groupe Front National des Hauts-de-France.
En 2014, et alors qu’il avait sa carte à l’UMP depuis l’âge de 15 ans, il décide de rejoindre Marine Le Pen. Son parcours antérieur l’a amené à travailler au Service d’information du Gouvernement de 2008 à 2011 et à travailler auprès de Axel Poniatowski et de Christine Lagarde dont il a été le chef de cabinet pendant près de trois ans.

Voir tous les articles

VOS DÉPUTÉS

  
  
 

  

 

Suivez le Rassemblement National

les grands sujets