M. Louis Aliot attire l’attention de Mme la ministre des armées sur l’aggravation du conflit au Sahel. En Europe, en Afrique, en Asie, mais aussi désormais parfois sur le continent américain, le terrorisme islamiste frappe, assassine, massacre et détruit. Les dernières victimes françaises en date sont les deux membres du commando Hubert dépêchés au Bénin dans la nuit du 9 au 10 mai 2019, maître Cédric de Pierrepont et maître Alain Bertoncello. Le problème, on le sait, est particulièrement sérieux. Les Français sont d’ailleurs exposés au premier chef à la menace, tant en France par le terrorisme et l’expansion constante de l’influence de l’islamisme culturel qui coupe une partie de la population de la majorité du pays, qu’à l’extérieur, les armées françaises étant notamment engagées au Sahel pour lutter contre les djihadistes qui souhaitent transformer cette région du monde en un autre Califat. Cinq ans après le déclenchement de l’opération Barkhane, on ne peut que déplorer que l’ampleur de la zone où se déploient les terroristes se soit élargie. En 2013 puis en 2014, le danger était concentré aux marges du Mali et au Niger, alors qu’il est actuellement partout : centre-sud Mali, frontière entre le Togo et le Bénin, ou encore Burkina Faso où une église a subi un attentat ce dimanche 12 mai 2019. L’ensemble correspond à une surface vaste comme l’Europe, se répartissant en plusieurs foyers. Car, à la zone prise en charge par le G5 Sahel avec la France, s’ajoute le foyer terroriste de l’est où sévit Boko Haram, les pays côtiers contaminés comme on l’a vu au Bénin, sans même évoquer l’Afrique de l’est, le Maghreb ou la Libye ! Les États africains n’ont pas les moyens de contrôler correctement leurs frontières, poreuses à ces groupes islamo-voyous formant une nébuleuse chaotique et incontrôlable. M. le député l’affirme : la France ne gagnera présentement pas la guerre. La question est donc la suivante ; comment éviter de s’enliser au Sahel ? Et, a-t-on les moyens suffisants pour remplir à 100 % cette mission nécessaire pour la région et pour protéger la France ? À l’heure où l’Europe est sur toutes les lèvres, on constatera que la France est bien seule pour protéger un continent tout entier ! Cette zone, en sus d’être militairement particulièrement instable, connaît une démographie importante, et l’apparition de conflits supplémentaires et plus graves pourrait provoquer un nouvel afflux d’immigrations que l’on ne peut ni ne veut prendre en charge. Il aimerait aussi demander à ce que l’État honore tous les membres du commando qui a sauvé les quatre otages retenus au Bénin en leur remettant à chacun la Légion d’honneur, y compris aux survivants.

Louis Aliot

Louis Aliot

Député de la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales.
Membre de la commission de la défense nationale et des forces armées.

Docteur en droit, Louis Aliot est également conseiller municipal et d’Agglomération de Perpignan. Au service de ses concitoyens, il a particulièrement à cœur la défense de la ruralité et porte également la cause des Harkis.
Au sein du Palais-Bourbon il relaie la voix de nos territoires si durement traités par les politiques depuis 40 ans.

Voir tous les articles

VOS DÉPUTÉS

  
  
 

  

 

Suivez le Rassemblement National

les grands sujets