M. Louis Aliot attire l’attention de Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, sur les projets de LGV Montpellier-Toulouse et Montpellier-Perpignan. Les lignes grande vitesse entre Perpignan et Montpellier et entre Montpellier et Toulouse sont souvent évoquées dans les médias depuis désormais des décennies sans que jamais les projets avancent. Anormal ? Illogique ? C’est certain, mais la France est un pays jacobin et centralisé où tout « se passe à Paris ». Au mieux, les travaux devraient commencer d’ici une dizaine d’années. De la volonté initiale de construire une LGV passagers entre Nîmes et Perpignan, en 2001, le projet des pouvoirs publics a évolué vers une ligne mixte passagers-fret, plus chère et plus complexe à construire. Une volonté de l’État qui n’a pas d’écho en région Occitanie. Il lui demande si le ministère fait vraiment tout pour aider les régions les moins bien desservies et les plus périphériques à se doter de transports en commun dignes de ce nom, à l’heure où l’écologie fait pourtant figure d’objectif politique affiché par l’État. Il l’interroge aussi sur le fait que la ligne nouvelle pourrait entraîner la construction d’une nouvelle gare à Perpignan et le contournement ouest de la ville et lui demande que la gare du centre-ville rénovée soit desservie par une éventuelle LGV en provenance de Montpellier.

Louis Aliot

Louis Aliot

Député de la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales.
Membre de la commission de la défense nationale et des forces armées.

Docteur en droit, Louis Aliot est également conseiller municipal et d’Agglomération de Perpignan. Au service de ses concitoyens, il a particulièrement à cœur la défense de la ruralité et porte également la cause des Harkis.
Au sein du Palais-Bourbon il relaie la voix de nos territoires si durement traités par les politiques depuis 40 ans.

Voir tous les articles

VOS DÉPUTÉS

  
  
 

  

 

Suivez le Rassemblement National

les grands sujets